A quoi peut servir le plan de campagne d’un candidat lors d’une présidentielle ?

Vous voulez la réponse ? découvrez comment se constitue un plan de campagne.

Le plan de campagne s’effectue en 3 étapes distinctes. D’abord, l’élaboration d’une chronologie générale de la mise en oeuvre, ensuite, en un plan média préalablement établi et enfin par la détermination d’une image et des thèmes de campagne pour chacun des candidats

Chronologie et mise en oeuvre de la campagne

Au delà du digital, une campagne se prépare. Le facteur “temps”, prenant une place considérable dans la stratégie de communication, nécessite une tactique d’une précision millimétrée. En effet, le respect de la chronologie du déroulement de la campagne est une étape fondamentale et incontournable dont dépend toute l’organisation de la campagne. Il s’agit de choisir la date d’entrée en campagne et le rythme de montée en puissance qu’elle prendra.

La règle la plus commune de la date d’entrée en campagne dépend de la notoriété et de l’expérience du candidat. Pour le nouvel aspirant, il sera préférable d’opter pour une campagne précoce et plus longue. Le candidat sortant pourra, quant à lui, entrer en campagne plus tard que les autres, en veillant, toutefois, à ne pas laisser trop de champ libre à ses adversaires.

Tout étant une question d’opportunité et d’actualité, le calendrier de campagne se doit de rester flexible. Une adaptation réfléchie et une bonne réactivité permettront de parer aux nombreux impondérables. La réactivité du candidat doit être en adéquation avec le contexte et sa capacité d’anticipation dans son plan de campagne.

 

Elaboration d’un plan média

Afin d’agir en conséquence et ne commettre aucun impair, une bonne connaissance des caractéristiques des différents médias s’avère indispensable. Selon les études qui auront été effectuées, au préalable, les médias seront sélectionnés en fonction des objectifs prédéfinis.

Par ailleurs, la combinaison d’une succession d’apparitions et de présence, à travers différents médias, sera plus efficace que l’utilisation prédominante des principaux médias audiovisuels de masses.

 

La détermination d’une image et des thèmes de campagne.

Afin de respecter les grandes lignes de son programme, une étude sur le positionnement du candidat s’impose et le choix de l’image véhiculée se doit de rester cohérente.

En effet, le processus de construction d’une image peut s’avérer complexe car il est soumis à des règles subjectives. L’image, au-delà, des mots peut rester gravée dans le marbre pendant très longtemps.

stratégie de campagne des camdidats aux présidentielles de 2017

Ainsi, la démarche stratégique consiste à mettre en lumière une des facettes du candidat, qu’il s’agisse de son âge, de ses qualités, de son expérience, de ses connaissances en matière économique, de son charisme afin de la valoriser. Ces critères permettent de définir l’image d’un candidat qui va s’inscrire alors dans l’esprit collectif. Il faut être sûr que le facteur mis en avant sera bien fidèle à l’homme politique et à ce qu’il incarne.

Cette mise en valeur doit particulièrement faire l’objet d’un travail rigoureux en amont. La moindre incohérence dans l’image et les valeurs véhiculées peut provoquer un véritable cataclysme dans la crédibilité du candidat qui ne pourra jamais retourner en arrière. L’affaire Fillon et ses valeurs d’honnête homme sont l’illustration des conséquences d’un manque d’anticipation dans sa campagne.

Cette règle de l’image, que l’homme politique va symboliser, est primordiale car immuable lorsque des évènements viennent la détériorer. Une fois, l’image altérée, l’évolution de la campagne du candidat risque d’échapper à tout contrôle.

Le miroir peut se briser à tout moment et la reconstruction peut s’avérer impossible. Comme en témoignent les évènements de la campagne de 2017, il est très difficile voire illusoire, pour un candidat, de maîtriser l’image diffusée par les médias ainsi que l’émotion suscitée chez les électeurs. Comme nous l’a montré l’affaire Fillon, le degré de préparation d’une campagne et l’image véhiculée avant celle-ci ne sont pas le garant d’une campagne réussie, le passé d’un candidat pouvant ressurgir à tout moment. En effet, cette affaire a créé un décalage et fait perdre toute crédibilité au candidat Fillon par rapport au personnage intègre qu’il a souhaité incarner durant la primaire des Républicains.

L’étape suivante est l’élaboration du programme de l’homme politique et les points sur lesquels il va s’appuyer. Il s’agit du fil rouge que l’on appelle les thèmes de campagne.

Dans tous les cas, une ligne claire doit être respectée afin d’être compris et entendu. Toutefois, l’arrivée de nouveaux médias de masses ont bouleversé irrémédiablement la stratégie de diffusion de ces thèmes de campagne. C’est pourquoi les électeurs s’accommodent difficilement de messages complexes. En effet, plus le message est simple, plus il a de chances d’être perçu positivement pour susciter un maximum d’engagement.

Le positionnement numérique

impact numérique des candidats

D’après le site Programmes-2017.com, la plupart des candidats de la Présidentielle ont mis en place des thèmes de campagne en adéquation avec leurs images :

  • François Fillon, “le Pater Familias” : la famille, l’éducation supérieure, la justice, la protection
  • Marine Le Pen, “la Dame de Fer” : rétablissement des frontières pour en finir avec l’immigration incontrôlée, protection sociale et pouvoir d’achat des français, Fiscalité, Frexit.
  • Emmanuel Macron, “l’homme moderne” : faciliter la vie des Français (simplification administrative), allègement du code du travail, améliorer l’école, solidarité avec les plus faibles (retraite/handicap), développer le numérique, moderniser l’image de la France et son système
  • Jean-Luc Mélenchon, “le révolutionnaire” : la 6ème république, l’écologie, l’Assemblée Constituante, désacralisation de la fonction présidentielle.